On en parle

A l’heure actuelle, où le racisme canin étant malheureusement omniprésent contre nos loulous, il est important d’avoir son chien en règle.
N’oublions pas un chien qui n’est pas en règle, c’est une épée de Damoclès qu’on leur met sur leur tête.

Malheureusement, les lois sont ce qu’elles sont et bien que tout cela dérange, mettons-nous en règle, il y va de la vie de nos loulous.

Afin de nous faciliter la tâche, l’application Akawa permet de réunir tous les papiers qui peuvent nous être demandés, lors d’un contrôle. Directement sur notre smart phone, ce qui est plus simple que de se balader avec un classeur sous le bras ;)
Avec l’appli, on peut aussi accéder directement aux différentes lois et réglementations, aller directement sur le site, où encore suivre l’histoire de Jango chien d’assistance.

Sujet qui provoque bien des débats : les colliers à piques, électriques ou étrangleurs…

Un sujet qui, à chaque fois qu’il est abordé, provoque bien des débats et des colères.

Alors au risque de passer pour celle qui se mêle de se qui ne la regarde pas, j’aimerai vous parler de ces colliers, non pas pour juger, mais juste pour vous faire prendre conscience que ses objets ne sont pas anodins, et qu’il est important d’en connaître les conséquences sur la santé de nos chiens. Personnellement,  je trouve que se sont des objets de torture. Et si je croise un éducateur canin qui préconise ce genre de collier, je le fuis très rapidement…

Les personnes qui font appel à cette méthode éducative, sont, bien souvent des propriétaires dont le chien tire quand il est en laisse. Et malheureusement, bien des éducateurs canins « conseillent » ce genre de collier à leurs « clients ». Il y a aussi ceux qui utilisent ce collier pour le fun, parce que ça donne une belle gueule à leur chien 😕

Et malheureusement, qu’une part, je constate que bien des propriétaires de chiens sont conseillés par des soi-disant éducateurs canins, mais qu’en plus, c’est trop souvent conseillé pour les races catégorisées. Alors déjà que pour les médias, nos chiens ont mauvaise presse, ne les éduquons pas dans la douleur, sous peine que le comportement de nos poilus ne ferait que confirmer cette mauvaise presse.

On dit aimer notre chien, et pourtant on n’a pas conscience de la douleur qu’on inflige à notre animal, et souvent on ignore les conséquences que cela entraîne sur leur santé.

Pourquoi ne ferions-nous pas l’expérience de mettre juste un collier étrangleur et demander à un copain de tenir la laisse et de tirer dessus. Juste le temps d’une balade, se mettre à la place du chien… Si l’expérience avec le collier étrangleur ne vous a pas convaincu des douleurs que cela provoquent à votre 4 pattes, essayez avec le collier à piques 😉

Et finalement avec ce collier ça marche, le chien ne tire plus ! Ben tient, vu la douleur qui est infligée au chien, ça ne peut que fonctionner. La douleur est la seule raison pour laquelle le chien ne tire plus sur la laisse dès qu’il porte ce collier, mais dès qu’on lui enlève, le chien recommence à tirer sur la laisse, vu que le principe n’a pas été assimilé.

Ce collier va peut être nous simplifier la vie, mais c’est sans compter aux conséquences sur la santé du chien, et aussi dans son comportement.

Car, même lors de situations banales, comme par exemple un léger tiraillement sur la laisse, pour faire la fête à quelqu’un, pour le jeu avec d’autres chiens en laisse, lors d’un saut en avant ou de côté, ou encore quand le chien a peur etc. Toutes ses situations fréquentes dans lequel le chien se voit puni par de la douleur, et ce, malgré le fait qu’il n’a rien fait de mal.

Tous ces facteurs de stress peuvent rendre, à plus ou moins long terme, votre chien agressif. Et au niveau de sa santé, ces colliers engendrent des séquelles considérables, comme par exemple pour le collier à piques :

– des dommages à la colonne vertébral, le fait de tirer sur la laisse par à-coups, met une certaine pression sur la colonne vertébrale du chien, ce qui à des effets désastreux sur son dos.

– des blessures de la peau et des muscles

En outre, la pression qui pèse sur la thyroïde et les voies respiratoires du chien peuvent, en plus de la blessure du larynx, avoir d’autres conséquences nuisibles, comme :

– l’endommagement de la thyroïde

– l’endommagement des yeux, dû à une tension intraoculaire trop élevée.

Souvent le chien est conditionné négativement sur d’autres stimulus de la douleur. Par exemple, il ressent cette douleur au moment où il aperçoit un autre chien, un chat ou une personne etc.

Très rapidement le chien va associer les autres chiens, chats, personnes etc. avec ces douleurs et on a le risque de voir son chien devenir agressif envers ce type d’irritations.

blessure due au collier à piques

blessure due au collier à piques

Les colliers étrangleurs, dont les premières références datent de l’Egypte ancienne, me paraissent encore plus dangereux que les colliers à piques, le cou est un canal d’énergie où passe les nerfs qui contrôlent le fonctionnement des organes internes. Et en plus des effets néfastes déjà évoqués pour les colliers à piques, on peut aussi rajouter :

– contusions des vertèbres à cause du tiraillement

– une trop grande pression et un écrasement du larynx

– l’endommagement des voies respiratoires.

De plus dans le mot étrangleur, on retrouve le mot étranglé… Alors à moins que l’on ne connaisse pas la signification de ce mot, on ne peut ignorer que ce n’est pas très… agréable.

Tous ces effets entraînent des lésions non négligeables à l’organisme de l’animal et de plus, elles sont associées à des douleurs importantes.

Et même si on essaie de modérer la force avec laquelle on tire sur la laisse, ces effets ne peuvent pas être évités.

Il peut arriver que le chien tire de toute sa force vers l’avant, soit par une mauvaise éducation, ou par peur, ou tout simplement parce qu’un animal passe. On peut souvent observer des chiens portant des colliers à pique ou étrangleurs jouer avec d’autres chiens en laisse ou bien qui sont attachés avec à un endroit, où ils tirent souvent sur la laisse quand d’autres chiens ou des gens les intéressant passent.

De telles situations ne sont pas toujours inévitables et de par ce fait une utilisation douce de ces colliers est impossible.

 

Et il y a aussi le collier électrique. Voici une petite vidéo qui montre un humain qui teste un collier électrique

Faire croire aux propriétaires de chiens que c’est la seule alternative pour corriger une éducation est totalement faux, si vous arrivez à améliorer un problème, vous allez, de cette façon, en faire ressortir un autre, comme l’agressivité, par exemple.

Apprendre le rappel à son chien avec ce genre de collier est à mon avis tout simplement scandaleux. Le rappel doit être quelque chose de joyeux, avec ce genre de douleur, j’ai beaucoup de doutes que ça le soit.

Les effets du collier électrique :

– contractions musculaires

– tétanisation des muscles respiratoires (pouvant bloquer la respiration et causer la mort par asphyxie)

– contractions désordonnées et rapides des fibres musculaires du cœur

– inhibition des centres nerveux, l’influx passe par la moelle épinière et atteint le cerveau.

– brûlure électrothermiques avec plaies de la peau. Et sans parler des dysfonctionnement de ces appareils.

– pour une femelle gestante, cela peut provoquer la mort des fœtus ou si les chiots s’en sortent, un traumatisme dans leur comportement par la suite.

Et en plus des problèmes végétatifs, on peut constater  une accélération du rythme cardiaque et respiratoire, des tremblements, une hyper salivation, des halètements et voir aussi des diarrhées. Et tout ça sans vous parler des effets psychique sur le chien…

brûlure due à un collier électrique

brûlure due à un collier électrique

 

Voilà, par cet article, n’y voyez aucune leçon de morale, ni jugement de ma part. C’est juste que quand je vois toutes ces photos de loulous avec ce genre de collier, ben ça me fait mal pour eux. Néanmoins, en écrivant cet article, je me suis rendue compte que même les colliers que j’utilise pour mes chiens ne sont pas anodins non plus si mes chiens tirent sur la laisse. Alors même que j’habite en campagne et que mes chiens sont rarement attaché, et même si pour moi le collier reste un outil, juste pour le cas où je suis obligée de tenir mes chiens en laisse dans certaines situations. Je vais certainement revoir le genre de collier que je vais mettre, particulièrement à un de mes chiens  😀

Les alternatives à ces colliers de torture sont simple.

Tout d’abord l’éducation, consacrer du temps à son chien et lui apprendre à ne pas tirer en laisse.

Le harnais « Easy Walk » est, à mon avis la solution idéale, il possède une martingale avec une attache au niveau du poitrail du chien. Quand le chien tire, il va pivoter sur lui-même et donc arrêtera de tirer instantanément. Voici une petite vidéo pour se faire une idée

Le harnais « animalin », permet la même chose que le Easy Walk, mais avec une poignée sur le dessus  harnais_animalin

 

Et la dernière alternative que je vous propose, est d’apprendre à son chien de ne pas tirer quand il est en laisse. Si le chien tire en laisse, c’est certainement que nous lui avons appris ou du moins renforcé ce comportement. Essayez de vous rendre compte de la quantité de fois qu’on tire sur la laisse de son chien. Que se soit parce que notre chien ne va pas assez vite, ou pour s’arrêter, ou encore changer de direction. Essayer de ne pas tirer une seule fois sur la laisse, mais en parlant d’avantage à votre chien. Non seulement votre chien prêtera attention à votre voix, mais cela le stimulera. La laisse ne devrai servir que pour la sécurité, pour pas que votre chien file sur la route par exemple. Si il tire sur sa laisse, arrêtez-vous et faite le poid mort sans tirer sur la laisse et encourager votre chien à revenir vers vous et récompensez-le quand il fait bien, par des caresses, des explosions de joie ou des friandises, même si ce n’est que pour 4 à 5 secondes au début  😉

Ces solutions sont simples, il suffit juste de consacrer du temps à son chien et de s’impliquer un peu. Mais ensuite les balade seront que du bonheur  😆 

 

Petit rappel pour passer de bonnes fêtes de fin d’années avec nos poilus

A cette période de l’année, il me parait important de faire un petit rappel des différents dangers que peuvent rencontrer nos chiens et nos chats.

Alors, plutôt que passer les fêtes chez le vétérinaires, soyons vigilants pour qu’eux aussi passent de belles fêtes  😉

3 douceurs interdites pour nos poilus

L’alcool

Chez les animaux aussi, l’alcool peut provoquer une démarche anormale et des pertes d’équilibre. L’alcool peut causer des troubles digestifs tels que des vomissements et des douleurs abdominales, ainsi  qu’une perte d’appétit. Les effets peuvent disparaître d’eux-mêmes, néanmoins, l’ingestion d’alcool peut nécessiter de placer l’animal sous perfusion afin d’éliminer la substance nocive plus rapidement.

Le chocolat

Le chocolat est totalement déconseillé chez nos amis canins : il contient de la théobromine, une substance toxique pour le chien. Plus le chocolat est riche en cacao et plus il est dangereux. Ainsi, quelques grammes de chocolat noir peuvent provoquer de la diarrhée, des ulcères d’estomac et des vomissements. En plus, le chien peut être victime de troubles cardiaques, de tremblements ou de convulsions. Les symptômes apparaissent 5 à 12 heures après l’ingestion.

Les marrons

Ils contiennent des tanins responsables de diarrhée et vomissements ou d’obstruction intestinale chez nos chiens et chats.

3 plantes toxiques

Le houx

On l’utilise très souvent pour décorer votre intérieur, prenez garde si les baies tombent au sol, votre chien ou votre chat peuvent les avaler, contrairement à la feuille qui rebutent par leur aspect pointu et piquant. Si l’animal avale des baies, il peut connaître des troubles digestifs comme des vomissements ou des diarrhées. Les intoxications mortelles sont rares.

Le gui

La coutume du Nouvel an veut qu’on s’embrasse sous le gui, mais attention aux baies qui roulent par terre. La substance contenue dans les baies du gui est dangereuse pour le cœur et le système nerveux. L’intoxication peut être rapide et mortelle.

Le Poinsettia ou étoile de Noël 

Elles sont irritantes pour le tube digestif de l’animal qui les ingère et pour la peau et les muqueuses lors de contact prolongé avec le végétal.

Le sapin

Orné de ses boules de verres et autres guirlandes lumineuses, il représente un risque de coupures ou d’électrocution pour les animaux qui sont bien souvent attirés par cet arbre brillant et animé.

2 produits fortement toxique, utilisés en hiver

Le sel de déneigement

Très souvent la neige et le gel font parties des charmes de l’hiver et des fêtes de fin d’année. Le sel de déneigement peut causer des troubles digestif et nerveux s’il est ingéré par nos animaux, ce qui peut provoquer des agitations, tremblements ou des convulsions. Sans compter des problèmes de déshydratation.

L’antigel

Un autre produit souvent utilisé pour les voitures en hiver est l’antigel. Cette substance contient de l’éthylène glycol, un produit au goût sucré et malheureusement très apprécié des chiens.
Sa toxicité est redoutable : 1 à 4 heures après ingestion, l’animal est en état d’ébriété, souffre de troubles respiratoires et de déshydratation.
La mort peut survenir en 4 à 6 heures. S’il survit, des lésions rénales apparaissent et peuvent causer la mort en quelques jours voire semaines.

Aliments dangereux pour la santé des chiens

Les os

Les os cuit sont dangereux pour les chiens car ils sont cassant une fois qu’ils sont cuits, en se cassant, ils forment des esquilles qui ont des bords très tranchants et pourraient rester coincés entre les dents, mais peuvent aussi provoquer une perforation ou un étouffement  des parois stomacales et intestinales.

Ne jamais donner d’os de poulet ou de lapin. Ayez une préférence pour un cartilage de bœuf.

Le chocolat

Le chocolat contient de la théobromine, c’est un composant qui agit comme stimulant cardiaque et aussi comme diurétique. Un morceau de chocolat peut provoquer une hyperactivité dans un premier temps, mais il peut provoquer aussi des vomissements et de la diarrhée.

La théobromine va soit augmenter le rythme cardiaque par des battements irréguliers.

Des grandes quantités de chocolat peuvent empoisonner ou même tuer un chien de taille moyenne ou grande.

L’alcool

Une petite dose d’alcool risque de désorienter le chien, le rendre nerveux, voir agressif. Quand à une dose élevée peut inhiber le système nerveux central, la respiration et le rythme cardiaque, ce qui peut conduire à la mort.

Le lactose

Alors que les petits boivent du lait de vache, une fois adultes, les chiens sont intolérants au lactose, ce qui provoque des vomissements et de la diarrhée.

Les oignons

Les oignons sont toxiques pour les chiens, ils contiennent du disulfure d’allyle et du propyle, ce qui endommage les globules rouges dans le sang et peut causer la mort. Les globules rouges sont détruits rapidement, alors que leur toux de production sont normal.

L’empoisonement se produit soit par l’ingesion d’une grande quantité d’oignons, ou soit pas l’ingestion de petites quantités répétées. Le chien a la respiration courte car les globules rouges (qui transporte l’oxygène) se trouve réduit.

Viandes salées ou jambon

Trop riche en matière grasse et en concervateurs,ils produisent des douleurs à l’estomac et au pancréas.

Le sel de ces viandes peuvent provoquer une consommation inhabituelle d’eau et provoque des gaz qui peuvent tuer le chien.

L’ail

L’ail contient le thiosulfate, moins toxique que les oignons, mais absorbé en grande quantité il peut causer une intoxication.

La cafeïne

Comme le chocolat, la cafeïne stimule le système nerveux central, et les systèmes cardiaques. Ça entraîne des vomissements, une agitation et des palpitations cardiaques, et peut entraîner la mort.

L’avocat

Trop riche en matières grasses, il provoque des douleurs à l’estomac, des vomissement et une pancréatite. La coquille est toxique et peut bloquer l’intestin.

Le thon

Si le thon fourni de l’oméga 3 et 6, il ne contient pas de taurine, un acide aminé qui maintient la force du muscle cardiaque.

Le raisin et les raisins secs

Peut endommager les reins et générer des effets indésirables.

Le blanc d’œuf

Contient de l’avidine, qui détruit la vitamine B8, utile au métabolisme des protéines et des graisses.

Les champignons

Tout comme pour l’humain, l’empoisonnement par des champignons peut être fatal. Ils peuvent causer des dérèglements neurologiques et de graves problèmes au foie.

Consulter de suite un vétérinaire si vous soupçonner votre chiens d’avoir mangé des champignons,

Différencier la vraie de la fausse fourrure

L’utilisation de la fourrure ne se limite pas aux articles vestimentaires, on l’utilise aussi dans la confection de sacs, chaussures, petit animaux de décoration, coussins, jouets pour animaux, etc.

Fréquemment, la vrai fourrure est travaillée et aussi teintée, afin de lui donner un aspect de fausse fourrure.

Le mieux est d’acheter ses vêtement dans les chaînes qui se sont engagées à ne pas utilisé de la vraie fourrure.

Liste des enseignes et des marques n’utilisant pas de fourrure :

2xMoinsCher.com

Adolfo Dominguez
American Apparel
Bershka
Bleu Bonheur
C&A
Camaïeu

Caroll
Decathlon
Escada
Esprit
Filippa K
Fjällräven
Gemo

Guess
H&M
Helly Hansen
Jack Wolfskin
J.Lindeberg
La Redoute
Lacoste

Mango

Marciano

Macimo Dutti

McGrégor

MIM
Peak Performance
Pimkie
Polo Ralph Lauren
Promod
Pull & Bear

Scapa
Stella McCartney
Stradivarius

Zara

Bien que la réglementation l’exige, l’étiquetage des vêtements n’est pas, ou peu présent. Et quand il existe, l’étiquetage n’est pas complet. Quand aux vendeurs, ils sont généralement dans l’incapacité de répondre aux acheteurs de manière fiable sur la composition des vêtements.

tableau-fourrure001

Beaucoup de gens pensent à tort, que les vêtements en fourrures sont systématiquement plus coûteux que ceux en fausse fourrure. Ce qui est faux. Bien souvent la fausse fourrure est bien plus chère.

La fourrure ne concerne pas seulement les vêtements ou accessoires pour adultes, on trouve de la fourrure en masse dans les habits, chaussures et accessoires pour enfants. Sans compter qu’une bonne quantité de jouets pour animaux sont confectionnés avec de la fourrure.

Il existe quelques petits tests simples que le consommateur pourra s’inspirer pour détecter la vraie, de la fausse fourrure.

Le test du feu :

Tirer quelques poils et portez-les au dessus d’une flamme.

Vraie fourrure : Brûle de la même manière qu’un cheveu et l’odeur est similaire.

Fausse fourrure : Fond comme du plastique et odeur de plastique brûlé. Des petites boules de plastique dures apparaissent sur les pointes.

Le test du toucher :

Faire rouler les poils entre un doigt et le pouce.

Vraie fourrure : Sensation de douceur et de souplesse, les poils s’enroulent facilement autour des doigts.

Fausse fourrure : Les poils sont plus rêches.

Le test de la vue :

Concernant les fourrures de poils longs, soufflez sur les poils afin qu’ils se divisent.

Vraie fourrure : Elle est souvent composée de plusieurs couches de poils fins, légèrement bouclés. L’ensemble forme une base épaisse, au travers de laquelle les poils plus longs dépassent. La base est en cuir.

Fausse fourrure : La structure est plus simple, les poils sont de même longueur et de couleur uniforme.

Le test de l’aiguille :

Plantez une aiguille dans la base.

Vraie fourrure : Le cuir résiste, l’aiguille traverse difficilement la peau.

Fausse fourrure : L’aiguille traverse la base sans résistance.

A noter aussi : la laine angora, dont les poils sont directement arrachés sur les lapins vivants, ainsi que la laine de moutons, dont la pratique du mulseling consiste à couper à vif l’arrière des moutons. Ne sont pas considérée comme de la fourrure, mais comme de la laine.

La mode doit être joyeuse, mais il n’y a rien de joyeux quand on sait qu’un animal a été électrocuté, gazé ou qu’il a agonisé dans un piège.

La fourrure véhicule le même message, un message de souffrance et de mort.